photographie NICOLAS GODBOUT

7. LE PLAN D’AFFAIRES

Le plan d’affaires permettra de préciser le projet. Quels sont les coûts de transformation, les sources de financement? Qui seront les gestionnaires du nouveau projet : un organisme existant, la municipalité, une entreprise? Quels seront les modalités de fonctionnement, les frais d’exploitation après la transformation? Des revenus seront-ils générés?


Même si le projet est encore embryonnaire, la fabrique doit être en accord avec celui-ci, par résolution, tout comme le diocèse, à moins que l’église ait déjà été aliénée au profit d’un autre propriétaire (municipalité, OSBL, etc.). Dans ce cas, il se pourrait toutefois que l’assemblée de fabrique puisse quand même devoir approuver le projet si, par exemple, une entente de partenariat la lie au nouveau propriétaire pour l’utilisation d’une partie de l’église à des fins de culte et de pastorale.


Le plan d’affaires sera composé des éléments suivants :

— La mise en contexte (état de situation, problématique, besoins, concurrence et besoins potentiels, etc.) ;

— L’explication du projet ;

— L’échéancier ;

— Le financement privé et public (pour la réalisation du projet et pour le maintien subséquent) ;

— Un budget prévisionnel d’exploitation des partenaires ;

— La période prévue pour la réalisation du projet ;

— Le choix du promoteur (la structure de gestion) ;

— Les occasions d’affaires et projets structurants.


Il existe des modèles de plan d’affaires qui pourront être utilisés. Il est bon de vous adjoindre un professionnel, par exemple, un architecte, pour vous accompagner dans cette démarche. Le service Développement économique Bellechasse (DÉB) pourra apporter son aide technique dans la rédaction du plan d’affaires. Cette étape est probablement la plus longue de tout le processus. L’estimation des coûts entraîne souvent des modifications au projet. Les subventions offertes ont aussi un impact sur son déroulement. Il est normal que le projet de départ subisse des modifications en cours de route. Il est important de s’allier les décideurs locaux et régionaux pour qu’ils deviennent porteurs du projet. Une fois le projet bien défini, il y a lieu de développer un argumentaire solide pour le présenter.

1. Réaliser un plan d’affaires ;

2. Élaborer un budget et faire les demandes de soumission ;

3. Valider le projet auprès de la population, des élus municipaux, de l’assemblée de fabrique, etc. (l’ensemble des intervenants impliqués) ;

4. Développer un argumentaire solide pour vendre le projet ;

5. Communiquer régulièrement avec la population et les différents partenaires et collaborateurs.